Quand j’étais Roi, et Maçon

Le Palais

Quand j’étais Roi, et Maçon

un maître prouvé et habile,

Je me dégageai un emplacement pour élever un Palais,

Tel qu’un Roi se doit de construire.

Je décidai, et fis creuser selon mes propres instructions.
Et juste là, au dessous du limon, j’atteignis

Les restes d’un Palais que jadis

Tel un Roi, un autre avait fait bâtir.

Il n’avait aucune valeur dans la façon,

Et aucune intelligence dans le Plan.

Cà et là, ses fondations ruinées couraient au hasard :

Maçonnerie grossière, maladroite.

Cependant, gravé sur chaque pierre on lisait :

» Après moi viendra un autre Bâtisseur ;

Dites-lui qu’un jour, j’ai su, moi aussi ! «

M’en servant rapidement pour mes propres tranchées,

Où mes fondations, bien conçues - elles ! s’élevaient,

J’ai placé ses pierres taillées et ses pierres d’angle,

Les retaillant et les ajustant à ma façon.

De ses plus beaux marbres j’ai fait moudre de la chaux

Que j’ai brûlée, éteinte, puis étendue.

Et j’ai pris ou délaissé, selon mon bon plaisir,

Les cadeaux posthumes de cette humble dépouille.

Pourtant, je n’ai éprouvé ni mépris, ni gloire,

Et comme nous les arrachions et les dispersions,

J’ai lu dans ces fondations rasées,

Au fond du cœur et de l’âme de leur bâtisseur.

Pareillement, ( en son temps ) il s’était élevé

Et avait plaidé ( et défendu sa cause ).

Pareillement j’ai compris

La forme du rêve qu’il avait poursuivi,

En face de l’œuvre qu’il avait réalisée.

Quand j’étais Roi, et Maçon

Dans le plein zénith de ma vanité,

Ils m’envoyèrent une Parole du fond des ténèbres.

A voix basse, et me prenant à part

Ils m’ont dit : La fin ultime des choses t’est interdite.

Ils m’ont dit : Tu as maintenant joué tout ton rôle.

Et ton Palais deviendra comme celui de l’autre,

Des décombres dont un roi à son tour, usera pour bâtir.

J’ai dis à mes ouvriers de quitter mes tranchées,

Mes carrières, et mes quais, et ( de laisser là )

Leurs ciseaux ( qui travaillaient la pierre ).

Tout mon ouvrage, je l’ai abandonné et confié au destin

De ces années qui n’ont plus foi ( en l’avenir ) ;

Seulement, j’ai gravé sur les madriers,

Seulement, j’ai gravé sur la pierre :

» Après moi viendra un autre Bâtisseur ;

Dites-lui qu’un jour j’ai su, moi aussi ! « .

Rudyard Kipling

Inserisci un commento